5 TED Talks to Watch (and listen!)

Elizabeth Gilbert was once an “unpublished diner waitress,” devastated by rejection letters. And yet, in the wake of the success of ‘Eat, Pray, Love,’ she found herself identifying strongly with her former self. With beautiful insight, Gilbert reflects on why success can be as disorienting as failure and offers a simple — though hard — way to carry on, regardless of outcomes.

Why do people succeed? Is it because they’re smart? Or are they just lucky? Neither. Analyst Richard St. John condenses years of interviews into an unmissable 3-minute slideshow on the real secrets of success.

The world is full of leadership programs, but the best way to learn how to lead might be right under your nose. In this clear, candid talk, Roselinde Torres describes 25 years observing truly great leaders at work, and shares the three simple but crucial questions would-be company chiefs need to ask to thrive in the future.

What if you knew what your coworkers really thought about you and what they were really like? Ray Dalio makes the business case for using radical transparency and algorithmic decision-making to create an idea meritocracy where people can speak up and say what they really think — even calling out the boss is fair game. Learn more about how these strategies helped Dalio create one of the world’s most successful hedge funds and how you might harness the power of data-driven group decision-making.

Stress. It makes your heart pound, your breathing quicken and your forehead sweat. But while stress has been made into a public health enemy, new research suggests that stress may only be bad for you if you believe that to be the case. Psychologist Kelly McGonigal urges us to see stress as a positive, and introduces us to an unsung mechanism for stress reduction: reaching out to others.

10 aptitudes d’un bon leader selon Pauline Marois

En avril dernier, lorsque je me suis inscrite à une certification de 6 jours à l’Institut du Leadership de Montréal, je ne m’étais pas arrêtée à la liste des invités spéciaux. Alors quelle surprise j’ai eu à l’annonce de la visite de Pauline Marois à titre d’invité spéciale dès le premier jour!

Première femme ayant occupé le poste de première ministre du Québec, première femme à diriger le Parti québécois, ayant été ministre de plus de neuf ministères, Pauline Marois respire, vit, réfléchit, aime profondément le Québec et son peuple. –Radio-Canada

Ayant passé plus de 40 années de sa vie en politique, Mme Marois nous a partagé ses réflexions sur le rôle de leader. Voici mon interprétation de son témoignage:

  1. Avoir des convictions: Prendre conscience de la perspective de tous et projeter sa vision dans le temps
  2. Mobiliser son équipe: Écouter, observer et analyser pour prendre les meilleures décisions
  3. Inspirer la confiance: Gagner le respect par l’intégrité et l’authenticité
  4. Savoir s’entourer d’une équipe: Oser se faire challenger et ne pas avoir peur de l’expérience de l’autre
  5. Ne pas avoir peur de déléguer: Confier des mandats et des responsabilités pour faire grandir son équipe et décupler notre action
  6. Apprendre de ses expériences: Prendre conscience de ses erreurs pour améliorer nos stratégies et façons de faire pour devenir un meilleur leader
  7. Accepter de ne pas tout savoir: Être honnête et humble face à soi et aux autres en acceptant des visions et des opinions différentes
  8. Assumer le rôle de leader: Se faire confiance avec les décisions et prendre des risques
  9. Communiquer la vision: Expliquer continuellement pourquoi on fait ce que l’on fait en mettant de l’avant les enjeux
  10. S’engager dans ce que l’on fait: Être passionné par la raison d’être de nos actions

Elle a terminé sa conférence en invitant chacun d’entre nous de revenir à l’essentiel: savoir pourquoi on fait ce que l’on fait et s’engager pleinement. Elle nous a expliqué que pour elle, la politique était un moyen pour de changer les choses, de faire avancer la société, le Québec.

En plus d’être inspiré (qui ne le serait pas?), je repars de cette rencontre avec quelques achats de plus à faire! Mme Marois nous a fait deux recommandations de livres sur le sujet du leadership, soit:


À propos de l’Institut de leadership de Montréal:

Offert conjointement avec le Centre des dirigeants de l’École de gestion John-Molson de l’Université Concordia, cette certification de six jours a pour objectif principal de développer des leaders efficaces aptes à mobiliser des équipes, à régler des conflits, à affronter le changement avec compétence et à relever les défis auxquels leur propre organisation est confrontée.

Plan de carrière, vous dites?

Le bon moment de partir est celui qui précède la lassitude – Denis Mayer 

Il y a quelques temps, je me suis posée la question: Suis-je marketable? Et puis, c’est un peu comme ça que j’ai commencé à réfléchir au sujet de mon plan de carrière pour les 5-10 prochaines années.

Reculons un peu dans le temps…

À 25 ans, un exécutif dans l’organisation dans laquelle je travaillais m’avait demandé de réfléchir à ce je désirais faire/être d’ici 5 ans.  On avait préparé mon plan d’évolution en conséquence. À 30 ans, j’atteignais mon objectif puis pris la décision de changer d’entreprise, de domaine d’affaires et de prendre un poste de stratège numérique/360 dans le milieu financier. C’est d’ailleurs le poste que j’ai occupé pendant 3 ans, et ce, jusqu’à vendredi dernier.

Les jeunes devraient planifier de changer d’emplois tous les trois ou quatre ans. – Patty McCord

Je me suis posée une variété de questions dans la dernière année, en voici quelques-unes:

  • Quelles seront les compétences requises dans le marché de demain?
  • À quel endroit est-ce que je désire être à terme?
  • Que puis-je apporter à une entreprise? Quelles sont mes forces?
  • Quelles sont responsabilités que je désire assumer?
  • Quel(s) domaine(s) d’affaires m’intéresse(nt)?
  • Quel est mon coût de changer d’emploi maintenant vs dans 3 à 5 ans? Quelle sera ma valeur sur le marché, à terme?
  • Que puis-je aller chercher comme expérience maintenant et plus tard?
  • Quelles sont les valeurs d’entreprise auxquelles j’adhère? Y a-t-il des éléments ou des avantages sociaux que je juge essentiels?

En fait, on l’oublie à tort ou à raison, mais son image de marque devrait être gérée comme une entreprise, i.e. avec un plan d’affaires et un plan d’actions.

Vous désirez vous lancer dans votre propre réflexion? Je vous laisse avec quelques références:

Pour les curieux: À compter du 8 février prochain, j’occuperai un poste de Responsable marketing dans une entreprise qui proposent des solutions d’affaires aux entreprises.

À suivre…

Établir une stratégie numérique en 4 étapes.

Formuler une stratégie demande de bien connaître et analyser l’environnement interne et externe de son industrie. Ce n’est pas simple, et surtout, ça requiert du temps.

Voici les principales étapes à garder en tête lors de ce processus crucial…

  1. Identifier les opportunités et/ou risques que pourrait amener la mise en place d’une solution numérique;
    • Entrevues (individuelle, de groupe ou en atelier) avec les unités d’affaires (marketing, ventes, opérations, gestion, etc) afin de comprendre la stratégie d’affaires, les défis, les opportunités, les produits, l’entreprise, les processus, la chaîne d’approvisionnement, les clients, la compétition et le rôle potentiel des actifs digitaux.
    • Analyse de la compétition: évaluation des principaux compétiteurs dans le but d’identifier les forces et faiblesses de l’entreprise (marketing mix: prix, produit, service, distribution, promotion) et de leurs actifs digitaux (utilisabilité, expérience utilisateur, fonctionnalités & utilisation).
    • Analyse financière: évaluation du potentiel financier (positif et négatif) des opportunités et risques
  2. Identifier les besoins et objectifs consommateurs étant en lien avec les principaux objectifs d’affaires et/ou risques;
    • Recherches consommateurs sur le terrain, entrevues (individuelles et ateliers) et sondages afin de comprendre les besoins, la perception et le comportement des consommateurs. Exemples: tests d’utilisabiité, observations et focus group.
    • Analyse des statistiques Web dans le but d’avoir une meilleure compréhension du comportement web actuel, les forces ainsi que les faiblesses des actifs présentement en place. Exemples: pages visités, visiteurs, chemins, provenance, sorties, entrées, temps, fréquence, conversion, etc.
    • Analyse des données clients (CRM) et segmentation de ceux-ci selon le comportement, la démographie, la valeur-client, les affinités de produits, etc. Exemples: acheteurs, abonnés, etc.
    • Analyse de l’utilisation des canaux, de leurs objectifs de communication et des résultats dans le but d’identifier des opportunités et des risques d’affaires.
    • Mapping de l’expérience client dans le but d’établir des personnas.
  3. Développer une vision à propos des actifs digitaux qui pourraient permettre de répondre aux objectifs d’affaires, aux besoins consommateurs et d’entreprises, aux opportunités et aux défis préalablement identifiés;
    • Plan d’affaires: calculer des investissements et du ROI dans le temps relié à l’implantation de la stratégie digitale et définition des KPI qui serviront à mesurer le succès de la stratégie.
    • Constats techniques: définir des requis techniques via un GAP analysis (actuel vs visé) et des initiatives techniques requises.
    • Constats organisationnels: évaluer via un GAP analysis des processus organisationnels et des points d’action requis pour les unités d’affaires concernés.
    • Gestion de portefolio: évaluer les différentes initiatives selon leur coûts et bénéfices potentiels (axes coûts / bénéfices) dans le but de prioriser les éléments ayant des bénéfices hauts et des coûts minimes.
    • Plan média: déterminer un plan de distribution média selon les objectifs, coûts et ROI potentiels.
    • Preuves de concept: démontrer graphiquement les concept et/ou les processus en lien avec la stratégie digitale dans le but de simplifier la communication et d’augmenter l’intérêt des unités d’affaires concernés.
    • Roadmap (échéancier): détailler à haut niveau les durées et dépendances de chaque initiative faisant partie de la stratégie digitale.
    • Mesures: décrire les KPI, les moyens de collecte et de quelles façons le partage de l’information seront effectués.
    • Gouvernance: établir les rôles, responsabilités et structures opérationnelles qui seront en charge de la mise en place de la stratégie digitale.
  4. Prioriser et réaliser les initiatives afin de mettre en place la vision.

En images, cela donne ceci:

Un nouveau départ, un nouvel emploi!

You cannot discover new oceans unless you have the courage to lose sight of the shore. [Andre Gide]

Aujourd’hui est ma dernière journée au Cirque du Soleil. Après près de 9 ans dans l’entreprise – soit 8 mois comme stagiaire et puis 8 ans comme employée permanente – j’ai pris la décision de m’attaquer à un nouveau défi professionnel.

La décision fût difficile à prendre.  À vrai dire, après autant d’années, on s’attache aux gens qui deviennent éventuellement des amis, et on s’attache à la routine qui vient avec la vie de bureau.  Puis, la trentaine arrive avec son lot de questionnements.

Je ne le cacherai pas… Quitter une entreprise après 9 ans, c’est difficile. C’est comparable à un deuil d’une relation qui a eu beaucoup de hauts et quelques bas. C’est accepté de se détacher de ses points d’ancrage et de commencer à nouveau ailleurs. C’est surtout sortir de son confort.

Ainsi, le 21 janvier prochain, une nouvelle aventure commencera aux Fonds de solidarité FTQ dans la nouvelle équipe des affaires électroniques. Une aventure différente, mais certes bien excitante. C’est un beau défi qui se dresse devant moi, soit de collaborer à l’établissement de la vision et de conseiller l’organisation dans l’utilisation de solutions numériques pour la promotion de leurs produits.

Souhaitez-moi bonne chance! 🙂  À suivre…

Vigie Web: Top 5 (+ bonus!) de la semaine

Voici mes trouvailles du moment:

Et en bonus…:

Vigie Web: Top 5 de la semaine